VMY - Dimanche 5 mai 2019

Villa Marguerite Yourcenar - Dimanche 5 mai 2019

Au lieu decrireAu rez-de-chaussée il y une salle d'exposition, Benoît Galibert a accroché une suite de photographies de bureaux d'écrivain(e)s. On voit des tables recouvertes de livres, d'autres plus minimalistes avec seulement un ordinateur, d'autres qui ressemblent à de véritables cabinets de curiosités. Le nom de l'auteur(e) est inscrit sur un cartouche, l'imagination a le temps d'essayer de trouver l'identité du coupable avant de découvrir son nom. Chaque matin, je descend et regarde les bureaux de mes contemporains, dans la pénombre je scrute ce qui a pu donner lieu à tel ou tel livre, et je remonte m'assoir au bureau mien où il n'y a pas grand chose, deux ordinateurs, une tasse de thé, un cahier, un crayon, un stabilo et mes lunettes que j'enfile avant de me mettre à écrire. Le vernissage de l'exposition 'Au lieu d'écrire' a lieu le 9 mai 2019 à 18:30.

[Photographie © Benoît Galibert - Au lieu d'écrire / Patrick Deville, Saint-Nazaire, 5 juillet 2016]

SableSablé-sur-Sarthe, le film de Paul Otchakovsky-Laurens (P.O.L.) était posé sur la table basse du salon. J'avais eu connaissance de ce film à la mort de P.O.L. et je m'étais souvenue de notre unique rencontre à la Villa Gillet, nous avions parlé traduction et écriture, à la fin de la discussion il m'avait tendu sa carte et me faisant promettre de le contacter le jour où j'aurais un manuscrit. Aujourd'hui je regrette de ne pas l'avoir fait, de m'être laissée porter par le vent plutôt que par des choix. J'ai regardé ce film-documentaire, sorte d'auto-biographie de l'enfance dans une ville de province, et pendant un court instant j'ai mieux connu cet homme doux, intelligent, fin, aux multiples fêlures. Se superposaient aux images du film les yeux embués de N. chaque fois qu'elle parle de lui et que lui remontent à la gorge les souvenirs de son éditeur et ami. 

Après-midi à Bailleul, L'autre festival auquel nous sommes invitées mes colocataires et moi. L'idée est de montrer un extrait de film en lien avec le thème des frontières, en lien avec notre propre écriture. J'ai apporté un DVD d'Océan de Catherine Martin, cinéaste québécoise dont j'aime le travail plus que tout. Océan est le nom du train qui relie Montréal à Hallifax, on voit dans ce film-documentaire les vies qui animent ce train-couchette, conducteurs, femmes de chambre, cuisiniers, serveurs, femmes de ménage, passagers. Le paysage défile - tatactatoum - dans un bruit de tambours et de ferraille, seule la fin du film nous offre une silence d'instruments à cordes et une vue qui s'ouvre sur l'étendue bleue de l'océan. J'aime ce film car il parle des frontières, intérieures, extérieures, de langues (ici l'anglais et le français), de classes, d'histoire (avec ces gares qui n'existent plus et qui font disparaître avec elles des villages entiers). Mélancolie des films de Catherine Martin, toujours d'une justesse incroyable.

Img20190505144807 Img20190505145746

 

 

 

 

 

 

 

Img20190505201136Img20190505201206Marie Anne Plet est sortie de Facebook pour entrer dans ma réalité. Fervente lectrice et grande cuisinière, elle est venue de Chereng pour nous écouter lire. Femme généreuse et pleine d'humour elle m'a offert un gâteau aux couleurs de Mon citronnier ainsi que deux litres de soupe aux légumes pour réchauffer mon corps d'auteure gelée par les intempéries du Nord. Savoureux, délicieux et inoubliable !

 

 

 

Tel aviv on fire 2018Après la rencontre, nous avons assisté à la projection du film Tel Aviv on fire. Je ne vous dis rien, allez le voir ! 

Synopsis : Salam, 30 ans, vit à Jérusalem. Il est Palestinien et stagiaire sur le tournage de la série arabe à succès "Tel Aviv on Fire !" Tous les matins, il traverse le même check-point pour aller travailler à Ramallah. Un jour, Salam se fait arrêter par un officier israélien Assi, fan de la série, et pour s’en sortir, il prétend en être le scénariste. Pris à son propre piège, Salam va se voir imposer par Assi un nouveau scénario. Evidemment, rien ne se passera comme prévu...

Résidence écriture poésie roman Villa Yourcenar