poésie

Barendson tumaimestu

VMY - Dimanche 19 mai 2019

Villa Marguerite Yourcenar - Dimanche 19 mai 2019

Img20190519130215Nuit et réveil bruxellois, la pluie gâche l'idée d'une ballade dans le quartier, matinée pyjama. Marc propose de rapporter des couques - entendez pains au chocolats et croissants - mais il revient avec un craquelin - entendez une brioche au sucre.

Faute de visite touristique, c'est une visite gastronomique qui continue avec le repas de midi autour de croquettes aux crevettes. L'on me dit qu'elles sont bonnes mais qu'il en existe des meilleures, il me faudra revenir.

ConcertDeuxième après-midi à Limal pour le lancement de Tu m'aimes-tu ? aux éditions Le chat polaire. La seconde partie du Narrathon aurait dû se centrer uniquement autour de la musique avec un concert d'Hélène Piris - qui n'a malheureusement pas pu venir - et de Paul Guiot qui a présenté une douzaine de ses compositions mêlant blues et poésie, accompagné à la guitare par son neveu. Aussi ai-je remplacé la belle Hélène au pied levé et continué le voyage entrepris le jour d'avant Tatactatoum, tatactatoum, tatactatoum.

Img 20190519 144427

Le neveu de Paul et un ami à lui se sont faits remarquer grâce à leur coupe de cheveux. Ils arboraient tous deux fièrement un mulet car ils revenaient du fameux et unique Festival de la coupe mulet.

Retour à la Villa Marguerite Yourcenar en fin de journée, Geneviève et Françoise dans la grande cuisine, la soupe préparée par Annick sur le feu, la nuit peut tomber.

 

 

< JOUR PRÉCÉDENT          JOUR SUIVANT >

Img20190518152940

VMY - Samedi 18 mai 2019

Villa Marguerite Yourcenar - Samedi 18 mai 2019

Lancement à Bruxelles de mon recueil de poésie Tu m'aimes-tu ? aux éditions belges Le chat polaire. Je dis Bruxelles mais il s'agit de Limal, une bourgade à 30 minutes de Bruxelles. Paul et Anne Guiot ont ouvert les portes de leur magnifique maison avec jardin. Au premier étage, la galerie du tiroir, un grand espace avec une scène, des instruments, des chaises pour accueillir une cinquantaine de personnes et des tableaux accrochés aux cimaises. Salle d'exposition, salle de concert, salle de lecture pour nous poètes.

Img20190518141951Img20190518152940Img20190518151252

 

 

 

 

 

Barendson tumaimestuLe chat polaire (Marie Tafforeau et Marc Menu), jeune maison d'édition, présentait aujourd'hui ses trois premiers ouvrages. Juste un doigt de liberté de Max Zouic, Au pays de mots à sons de Paul Guiot  et Tu m'aimes-tu ? de moi-même. Trois lectures, celle de Max Zouic et la mienne accompagnées à la guitare électrique par Paul. 

Tatactatoum, tatactatoum, tatactatoum, lecture du chapitre 2 du recueil, celui du train. La salle emportée sur les rails, en cadence, on avance. Le son métallique des cordes de la guitare comme un grincement de roues sur la voie ferrée, improvisation parfaite pour cette lecture unique.

Ont suivi d'autres lectures, notamment de Grégory Parreira, venu tout exprès de Lyon, et de Tristan Alleman avec qui j'ai lu un texte à deux voix, superposées.

Img2019051817173360352930 10216866628169967 1857757085630988288 nImg20190518173005

 

 

 

 

 

Vin, bière, beaucoup de bières différentes - la réputation de la Belgique n'est plus à faire - champagne. Une soirée vraiment charmante, à l'image de nos hôtes.

Img20190518160605Img20190518160508

 

 

 

 

 

< JOUR PRÉCÉDENT          JOUR SUIVANT >

 

 

Img 20190517 152047

VMY - Vendredi 17 mai 2019

Villa Marguerite Yourcenar - Vendredi 17 mai 2019

Hier soir j'ai marché une heure après le dîner. Le ciel était rose ou orangé, la campagne silencieuse, les routes semblent n'être là que pour dessiner des lignes de fuite, la plupart des maisons étaient éteintes, seules quelques fenêtres brillaient au loin.

Img20190516215456Img20190516214832

 

 

 

 

 

 

 

J'ai vu pour la première fois de ma vie une houblonnière. On imagine qu'un champ planté de houblon ressemble à n'importe quel champ, il n'en est rien. Le houblon est une liane herbacée, pour l'aider à grimper, pour faciliter le ramassage, pour établir de l'ordre - je n'y connais rien - les agriculteurs bordent le terrain de poteaux de bois, ils tendent ensuite des fils métalliques sur lesquels grimperont les plantes. Il y a quelque chose de graphique et de très surprenant à voir une telle installation, d'autant plus lorsque l'on ne sait pas de quoi il s'agit. Petite plante deviendra bière.

Img20190516215008Img20190516215044

 

 

 

 

 

 

 

Img 20190517 152146Plus loin un autre champ sur lequel reposent des meules de foin entourées de plastique. Scène commune de campagne, on attend qu'un camion les embarque. Mais ici le plastique qui entoure les meules est rose ou bleu ciel, et ce sont des marshmallows géants qui recouvrent l'herbe rase. 

 

 

 

 

Ce midi, moules frites, que dire de plus ? Bonheur, moules frites for ever.

Img 20190517 152113Img 20190517 152100Img 20190517 152016

 

 

 

 

 

< JOUR PRÉCÉDENT          JOUR SUIVANT >

 

Img20190515160947

VMY - Jeudi 16 mai 2019

Villa Marguerite Yourcenar - Jeudi 16 mai 2019

Img 20190521 wa0003Visite d'élèves de deux classes de seconde (français-théâtre et espagnol) du Lycée Sophie Berthelot de Calais, nous nous sommes installés sur l'herbe du parc pour parler de littérature. La classe de Véronique Boutin avait préparé deux interventions autour de mes textes : une lecture musicale (clarinette, ukulélé et claquements de doigts) de l'intégralité de mon recueil Machine arrière et une suite de questions à propos de Mon citronnier

C'est la première fois qu'une enseignante incite ses élèves à lire l'intégralité de l'un de mes ouvrages, la première fois aussi qu'on leur donne librement accès à certains thèmes qui d'habitude leur sont censurés. J'ai eu le bonheur d'entendre mes propres mots - ceux que j'avais écrits pour des lèvres de leur âge - articulés par ces jeunes d'aujourd'hui en tous points semblables aux jeunes du livre quinze ou vingt ans plus tôt. 

Couv futurablack bt coquelicot okMusique, un jeune homme dit Étrange protocole / que celui / de prendre / rendez-vous / pour un premier baiser ; une jeune fille lit à sont tour Dans les vestiaires / je compare / mes seins / à ceux / de Sophie ; une autre ajoute Je vole / des cigarettes / Je fume / des cigarettes / Je fume / en cachette ; enfin À dix-huit ans / moins quelques jours / j'étais enceinte...

Discussion à bâtons rompus, un garçon pense que ce livre est étrange parce qu'il est intime et parle de moi sans filtre, une fille lui rétorque que ce livre parle d'eux, qu'il résume avec vérité tout ce qui leur arrive ou peut leur arriver, c'est aussi la première fois que je fais une rencontre où j'ai l'impression d'un vrai dialogue entre eux et moi. Ce n'est plus moi sur l'estrade à essayer de piquer leur curiosité, c'est nous tous ensemble dans l'herbe à papoter de choses et d'autres. 

Ravage barjavel1Il y a eu un moment de silence, on a cru que c'était fini et puis non, série de questions, l'une après l'autre, quel conseil pour écrire ? est-ce qu'il m'arrive d'avoir le syndrome de la page blanche ? comment j'ai fait pour obtenir une résidence d'écriture ? est-ce que j'arrive à écrire dans cette grande maison ? quel livre je leur conseille de lire (Ravage de Barjavel) ? est-ce que Mon citronnier a été écrit pour faire le deuil de mon père ? et ainsi de suite, sans l'aide de leur professeure. 

Une jeune fille m'a prise en aparté à la fin pour me remercier avec ces quelques mots Vous êtes inspirée et inspirante. Merci à eux tous de m'avoir montré des yeux pleins d'étincelles.

 

 

< JOUR PRÉCÉDENT          JOUR SUIVANT >