Gone #6 - 07/06/2017

Florence Dupré La Tour par Samantha Barendson

Est-ce le fait de la gémellité si tout est dualité chez Florence Dupré La Tour, cette punk aux allures de communiante avec son humour pince sans-rire aussi corrosif qu'irrésistible ? Et qui avons-nous rencontré ? Son double de bande dessinée, l'abominable Cigish ou la talentueuse dessinatrice et respectable enseignante ? Samantha Barendson est donc partie à sa recherche et nous livre un texte inédit que notre gone lui a inspirée. Un ping sans le pong entre deux Argentines de coeur.

 

Te souviens-tu Florence ? Tu es née à Buenos Aires quelques mois avant mon retour en Argentine. Mes parents avaient fui la dictature en 1976 mais avaient dû revenir deux ans plus tard, ils faisaient quoi les tiens ? Te souviens-tu si nos regards se sont croisés dans les bacs à sable des squares de Chacabuco, de Plaza Italia ou de Palermo ? Te souviens-tu si je t'ai volé ta pelle ou poussé dans le toboggan ? Te souviens-tu si nos mères ont papoté sur un banc en partageant un maté et quelques ragots de quartier ? Te souviens-tu du goût des alfajores, du dulce de leche, des empanadas et des bizcochitos de grasa ? Et les chansons de Maria Elena Walsh, t'en souviens-tu ? Cette histoire de Manuelita la tortue qui quittait Pehuajó pour aller à Paris, savais-tu qu'un jour tu ferais comme elle, que toi aussi tu traverserais l'océan ? As-tu laissé comme moi, là-bas, un amour d'enfant ? Te souviens-tu des avenues violettes par les jacarandas en fleurs ?

Te souviens-tu Florence ? Tu es partie en Guadeloupe et moi au Mexique. Proches et lointaines dans des pays où l'hiver n'existe pas, où la neige n'est qu'une illusion blanche sur le profil des montagnes, un rêve d'enfant. Te souviens-tu de ta première neige métropolitaine, du premier flocon à se poser sur ta langue exposée au vent, cette sensation d'avaler le ciel, ce court instant de fraîcheur et ton rire ? Te souviens-tu des fruits que tu mangeais là-bas et que tu n'as jamais pu retrouver de ce côté-ci de la flaque malgré la mondialisation ? Les goyaves, les mangues et les bananes plantain frites, t'en souviens-tu ?

 

​Tu es venue en France Florence, tu es venue à Lyon, tu es venue à la Croix-Rousse et j'ai fait comme toi. Et dans notre village, sur cette colline d'où nous ne descendons presque jamais, nos routes continuent de se suivre, routes jumelles ou parallèles, sans jamais vraiment se croiser. Où es-tu Florence, où te caches-tu ?