Cross a la Mandíbula / Direct dans la mâchoire

cross.jpgCross a la Mandíbula
Direct dans la mâchoire

Ed. Nuit myrtide, 2009
28 €

Commander


 

J’ai perdu quelque chose que je n’ai jamais eu.
Comme je ne l’ai jamais vu, je ne sais pas à quoi ça ressemble.
Il paraît que c’est merveilleux, différent, et que c’est tellement triste de l’avoir perdu.
Mais je ne sais pas à quoi ça ressemble.
Mais j’en ai besoin.
Pour vivre, pour être complète, pour me sentir bien.

J’ai perdu un pays.
Une nation.
Une identité.
Un bout de moi.
J’ai perdu une enfance dans un pays que je ne connais pas.
Avec une langue que je connais bien.
Avec des traditions vieilles de trente ans.
J’ai perdu des amis une famille qui sont restés là-bas.
Tous ces gens que je ne connais pas.
Que je pleure lorsqu’ils meurent parce qu’ils font partie de moi.
Qui vivent dans ma tête depuis des lustres déjà
J’ai quitté mon pays en n’y allant pas.
Et j’ai grandi ici, en regardant là-bas.
Et j’ai grandi tordue, les yeux rivés sur l’océan.

J’ai perdu quelque chose que je n’ai jamais eu.
Je vais passer ma vie à tenter de l’avoir.
Le récupérer.
Me l’approprier.
Pour constater enfin, après tant de fatigue.
Que j’aurais là-bas, perdu ce pays-ci.

L’espoir entre deux chaises.
Je suis fille de l’exil.
L’attente entre deux chaises.
L’exil est contagieux.
Héréditaire.