VMY - Jeudi 23 mai 2019

Villa Marguerite Yourcenar - Jeudi 23 mai 2019

Img20190523064545Reprise des activités collégiennes dans le parc. Déjeuner à la table de Jacques Bonnaffé. Il est comme on me l'avait décrit, voix et gouaille particulières, humour décapant, amour des oiseaux. Il a peu été question de poésie, mais faut-il en parler ? 

J'ai dû passer pour une psychopathe lorsque j'ai dit à la chanteuse bulgare qui s'était égarée en musique dans notre couloir d'aller chanter plus loin car je n'arrivais pas à écrire. Je suis de ceux qui écrivent en silence, pas de notes, pas de mots.

Img20190523140432Une nouvelle lettre est arrivée ce matin. Merci à la mystérieuse Sophie Grail que je ne connais pas (ou alors ma mémoire me fait défaut et dans ce cas je plaiderai un Alzheimer précoce) pour ses mots. C'est une drôle de sensation, agréable et joyeuse, que de recevoir du courrier postal, surtout en résidence. Ces petites enveloppes tissent un chemin entre ville et campagne, bien plus que les courriels qui finissent par se perdre au fond de l'ordinateur. 

Naturellement je me suis enrhumée, à osciller entre pluie et canicule les variations ont eu raison de ma gorge. Journée enfermée dans ma petite chambre à boire des infusions romarin, citron, miel. C'est comme dans Mon citronnier lorsque la narratrice dit Allais-je passer le reste de ma vie à faire des infusions ?

L'autre fille d'Annie Ernaux est vraiment un très beau texte (et là je vous vois, ceux qui sont d'accord avec moi et qui frétillent, et ceux qui trouvent qu'Annie Ernaux ne fait rien d'autre que des listes de choses qu'elle voit, mais moi j'adore les listes et les auteurs qui font des listes comme Georges Perec ou Clémentine Mélois). Comme tous ses textes, celui-ci est sensible, elle trouve toujours l'image ou la phrase qui dormait en nous et devient évidence sur la page imprimée.

Img20190510090408Avant d'aller dormir, il me faudra choisir entre Nous serons heureux de Brigitte Giraud, Une simple formalité de Sylvie Granotier et Luciel Suel (dont le titre me fait penser, certainement à tort, au film de Giuseppe Tornatore, Una pura formalità), et Identités barbares de Carine Fernandez. 

Il n'y aura pas de fleurs ce soir, le rhume empêche mes escapades. Toutefois, l'herbier demeure incomplet puisque certains noms de plantes n'ont pas encore été trouvés.

 

 

 

< JOUR PRÉCÉDENT          JOUR SUIVANT >

Résidence écriture poésie roman Villa Yourcenar