Blog

Img20190515160947

VMY - Jeudi 16 mai 2019

Villa Marguerite Yourcenar - Jeudi 16 mai 2019

Img 20190521 wa0003Visite d'élèves de deux classes de seconde (français-théâtre et espagnol) du Lycée Sophie Berthelot de Calais, nous nous sommes installés sur l'herbe du parc pour parler de littérature. La classe de Véronique Boutin avait préparé deux interventions autour de mes textes : une lecture musicale (clarinette, ukulélé et claquements de doigts) de l'intégralité de mon recueil Machine arrière et une suite de questions à propos de Mon citronnier

C'est la première fois qu'une enseignante incite ses élèves à lire l'intégralité de l'un de mes ouvrages, la première fois aussi qu'on leur donne librement accès à certains thèmes qui d'habitude leur sont censurés. J'ai eu le bonheur d'entendre mes propres mots - ceux que j'avais écrits pour des lèvres de leur âge - articulés par ces jeunes d'aujourd'hui en tous points semblables aux jeunes du livre quinze ou vingt ans plus tôt. 

Couv futurablack bt coquelicot okMusique, un jeune homme dit Étrange protocole / que celui / de prendre / rendez-vous / pour un premier baiser ; une jeune fille lit à sont tour Dans les vestiaires / je compare / mes seins / à ceux / de Sophie ; une autre ajoute Je vole / des cigarettes / Je fume / des cigarettes / Je fume / en cachette ; enfin À dix-huit ans / moins quelques jours / j'étais enceinte...

Discussion à bâtons rompus, un garçon pense que ce livre est étrange parce qu'il est intime et parle de moi sans filtre, une fille lui rétorque que ce livre parle d'eux, qu'il résume avec vérité tout ce qui leur arrive ou peut leur arriver, c'est aussi la première fois que je fais une rencontre où j'ai l'impression d'un vrai dialogue entre eux et moi. Ce n'est plus moi sur l'estrade à essayer de piquer leur curiosité, c'est nous tous ensemble dans l'herbe à papoter de choses et d'autres. 

Ravage barjavel1Il y a eu un moment de silence, on a cru que c'était fini et puis non, série de questions, l'une après l'autre, quel conseil pour écrire ? est-ce qu'il m'arrive d'avoir le syndrome de la page blanche ? comment j'ai fait pour obtenir une résidence d'écriture ? est-ce que j'arrive à écrire dans cette grande maison ? quel livre je leur conseille de lire (Ravage de Barjavel) ? est-ce que Mon citronnier a été écrit pour faire le deuil de mon père ? et ainsi de suite, sans l'aide de leur professeure. 

Une jeune fille m'a prise en aparté à la fin pour me remercier avec ces quelques mots Vous êtes inspirée et inspirante. Merci à eux tous de m'avoir montré des yeux pleins d'étincelles.

 

 

< JOUR PRÉCÉDENT          JOUR SUIVANT >

Img20190515173606

VMY - Mercredi 15 mai 2019

Villa Marguerite Yourcenar - Mercredi 15 mai 2019

Le couloir et tout le rez-de-chaussée de la maison embaument le Maroilles. Annick a fait une délicieuse tarte au Maroilles - ce fromage du Nord et de l'Aisne - accompagné d'une salade verte et rien d'autre. Déjeuner en terrasse à profiter d'un ciel exceptionnellement bleu. 

Img 20190515 134022Img20190515130415


 

 

 

 

 

 

Journée prolifique côté travail, un texte qui avance et dont je découvre peu à peu le destin des personnages qui l'habitent. Comme Miguel de Unamuno dans Niebla, je pense que mes protagonistes ont une vie propre, nous verront ce qu'ils en font. 

Img20190515163116Img20190515163100

 

 

 

 

 

 

 

Sortie imminente pour penche dans le vent 01PokemonSéance de cinéma avec Geneviève, Penché dans le vent, documentaire de Thomas Riedelsheimer à propos du travail d'Andy Goldsworthy, plasticien du Land art. On découvre la genèse de certaines de ses oeuvres, son rapport à la nature, on sent l'importance du temps au fil des saisons, un temps qui modifie, transforme ou altère ce que l'homme a tenté de créer. C'est lent et poétique, en totale résonance avec le bois qui nous entoure. 

Devant le cinéma, un homme à vélo avec quatre téléphones portables sur son guidon. Je m'interroge à voix haute et l'ouvreuse me dit que c'est un chasseur de Pokemons, qu'il y en a beaucoup par ici, les gens viennent de loin pour les attraper. De retour à la maison, j'installe Pokemon Go sur mon téléphone afin de vérifier ses dires. En effet le parc grouille de bestioles invisibles et virtuelles. Mon avatar se prénomme Yourcenar.

 

< JOUR PRÉCÉDENT          JOUR SUIVANT >

 

Img20190514105122

VMY - Mardi 14 mai 2019

Villa Marguerite Yourcenar - Mardi 14 mai 2019

Première étape des quatre jours de Dunkerque, une course cycliste qui va de Dunkerque à Condé sur l'Escaut en passant par Berthen, Boeschepe, Le Mont noir et Saint-Jans-Cappel. Il y a même un prix spécial "Mont noir", comme quoi la montée qui mène à la Villa Marguerite Yourcenar est une côte de champions. On peut me décerner  d'ores et déjà le trophée pour l'avoir montée deux fois depuis mon arrivée.

Pendant que les fans de vélo agitaient bras et fanions le long de la route, je suis allée me promener à  Hazebrouck, "destination cœur de Flandre" peut-on lire sur les fascicule de l'office du tourisme. La ville est un peu plus grande que Bailleul, toutefois on y retrouve les mêmes repères architecturaux, la gare, la rue nationale, lé beffroi, l'église (attention à ne pas confondre beffroi et église) et la grand place. Sensation agréable de pouvoir circuler dans l'inconnu sans jamais se perdre.

Img20190514170444Img20190514104322Img20190514181242

 

 

 

 

 

Un ancien couvent des Augustins abrite un très joli musée d'histoire et d'art de la région. Si l'art flamand ne fait pas réellement partie des mes prédilections, le bâtiment vaut vraiment la peine d'être visité. Je constate aussi que les géants sont hébergés dans les musées municipaux en dehors des périodes de carnaval (c'était le cas également au musée de Flandre à Cassel). Je regrette de ne pouvoir assister à un carnaval, les gens d'ici en parlent toujours avec des yeux d'enfant et un peu d'excitation dans la voix.

Img20190514104853Img20190514104715

 

 

 

 

 

 

 

Img20190514104602Hier soir j'ai commencé un travail de collage. Je découpe ce qui me tombe sous la main - flyers, programmes, journaux. La voix du Nord et Le Phare dunkerquois ont, comme je m'y attendais, une rubrique "faits divers" assez cocasse :

Les folles trouvailles de l'hôpital : du classique godemiché à la tige de rose (avec les épines), les objets retrouvés dans le corps sont parfois incroyables...
Son mari a avoué le meurtre d'Angélique, aujourd'hui elle sort du silence...
Retranché chez lui, il ouvre la gaz et lance des couteaux sur les pompiers...

À part ça tout va bien...

 

 

 

 

< JOUR PRÉCÉDENT          JOUR SUIVANT >

Capture d e cran 2019 05 13 a 19 16 16

VMY - Lundi 13 mai 2019

Villa Marguerite Yourcenar - Lundi 13 mai 2019

Mon citronnier est un roman court qui comporte 161 264 caractères... l'actuel roman ne comporte pour l'instant que 60 491 caractères, il ne sera jamais fini avant la fin de la résidence, je le savais mais maintenant je le constate.

Charlotte a tenu promesse, elle m'a apporté il y a deux jours un vélo que je n'avais pas encore eu l'occasion d'essayer. Léger, avec 27 vitesses, il m'a permis de faire une boucle - Mont noir, Saint-Jans-Cappel, Bailleul, Météren, Mont noir - à peine 15 km en descente-montée-descente-montée, la dernière montée étant la plus dure, vent de face.

Img 20190513 145035Img20190513141232Img20190513140021

 

 

 

 

 

J'ai dormi trois heures après ça, ce que j'imaginais être une courte sieste est devenu un profond sommeil duquel je suis sortie comme s'il s'agissait du petit matin. 18:30 sur le cadran de l'horloge et ma stupéfaction à croire que j'avais dormi près de vingt heures. Décalage horaire domestique, trois heures de perdues dans de drôles de rêves que je ne suis pas parvenue à retenir.

Img20190513131527Img20190513131034Img20190513130143

 

 

 

 

 

Img 20190513 144958Hier soir j'ai revu Riens du tout de Cédrick Klapish, le film est très daté années 90 et les dialogues savoureux. Un des acteurs ressemble à Danny Boon mais je découvre qu'il s'agit d'Antoine Chappey, l'anecdote n'a d'intérêt que pour moi, les Chappey étant une branche avunculaire de ma famille, par alliance.

Img20190513185617Lecture de Ces deux-là de Patrick Deville dont on voit une photographie de son bureau dans la salle d'exposition. Comment fait-il pour écrire derrière sa muraille de livres ?

Il faudrait que j'aille à Lille.


 

 

 

< JOUR PRÉCÉDENT          JOUR SUIVANT >